Le crédit immobilier sans papier: mythe ou réalité? - Plurifinances

Bénéficiez de l’expertise de Plurifinances et comparez les offres des banques en un seul rendez-vous

Présent dans toute la France
Trouvez votre agence

03 90 22 94 00
contact@plurifinances.fr

Demandez à être rappelé
Je laisse mon numéro

Pourrons-nous bientôt souscrire un prêt immobilier sur notre ordinateur ou sur notre tablette, comme nous achetons notre billet de train ou nos vacances ? Il est vrai que la généralisation de la signature électronique – entrée en vigueur par une Directive du 1er juillet – est un des éléments clé qui pourrait accélérer le lancement des contrats à distance. Très récemment une banque a testé un prêt 100% sans papier. Certes, ces opérations ne concernent encore que ses propres clients sur des dossiers très simples… mais la mutation est en route. La plupart des établissements financiers disposent déjà des outils nécessaires : signature électronique, procédures de contrôle et de vérification de document etc…

Il reste cependant des obstacles à surmonter. Il y a déjà des échanges totalement électroniques – si la demande de prêt passe par un courtier – entre ce dernier et les banques mais ces transmissions ne sont pas encore assez fluides. Des études sont en cours pour que les courtiers puissent transmettre l’ensemble d’un dossier à leurs partenaires bancaires au travers d’un serveur sécurisé.

Par ailleurs, les banques en ligne elle aussi proposent des solutions, et notamment la possibilité de faire une demande de prêt en ligne et d’obtenir un accord de principe suite à cette demande. Cependant, les clients doivent encore transmettre leurs pièces justificatives par courrier et la liste importante de ces pièces complique un peu la dématérialisation totale de l’opération.

Reste enfin l’acceptation par le client de cette dématérialisation. Pour la première phase du dossier – la demande de prêt et l’accord de principe à cette demande – la chose semble entendue, le demandeur attendant une réactivité certaine. Pour la suite du dossier cependant, notamment en cas de changement de banque, les clients seront-ils prêts à finaliser le dossier sans rencontrer leur interlocuteur ?