Quel immobilier après la crise ? des changements durables ?

AccueilActualitésNon classéQuel immobilier après la crise ? des changements durables ?

Dans un article précédent, nous avons vu que beaucoup d’éléments impactent le marché immobilier pour cette année 2020. Mais qu’en sera-t-il pour 2021 et les années suivantes ?

Une crise économique avec des répercutions à long terme.

S’il y a beaucoup d’inconnus, une chose est certaine : les répercutions économiques sur les particuliers, sur les entreprises, sur les services publics et sur l’Etat en général vont être très important. Une récession semble inévitable.

Au niveau du marché immobilier, cela va sans doute se traduire par une capacité d’achat réduite pour de nombreux ménages. Et des taux de crédits bas ne suffiront sans doute pas ni à compenser cela, ni à permettre aux prix de rester aussi élevés. Une baisse des prix de l’immobilier, sur une durée plus ou moins longue, semble le scénario le plus plausible.

L’inflation : la solution pour réduire progressivement les dettes ?

Les avis divergent et plusieurs solutions se présentent :

  • Un scénario à la japonaise : une économie de taux bas avec des rachats successifs des dettes par les Banques Centrales.
  • Un scénario à la grecque : un défaut de paiement de la dette mais avec des répercutions très importantes sur le niveau de vie de tout un chacun.
  • Un scénario inflation et austérité : une inflation plus forte pour réduire sensiblement la dette accompagnée d’une cure d’austérité sans précédent.

Quel que soit le scénario retenu, les conséquences sur le marché immobilier restent inconnues.

Plus de télétravail et donc moins de concentration dans les villes ?

Beaucoup d’entreprises se sont adaptées en ce temps de confinement et ont fait un bond en avant majeur sur leur capacité de mettre leurs salariés en télétravail. Difficile de comparer une future situation de télétravail avec celle d’aujourd’hui en configuration « garde d’enfant » et « école à la maison », cependant, les entreprises mesurent les bénéfices possibles de ce mode de fonctionnement.

  • Moins de perte de temps et d’énergie, pour les salariés, dans les déplacements pour se rendre sur son lieu de travail
  • Moins de besoin de bureaux et d’espace de travail au sein de l’entreprise
  • Moins de déplacement professionnel à payer, notamment avec la généralisation de la visioconférence

Pour ceux dont le mode de travail va évoluer en ce sens, la question du logement va se poser autrement. Il ne sera plus nécessaire d’habiter en métropole pour rester proche de son lieu de travail. De plus, cette période de confinement a fait prendre conscience aux français de l’utilité et de l’agrément d’avoir un peu d’espace. Enfin, les logements loin des grandes villes est bien plus abordable en termes de prix.

En conclusion

Nus sommes encore en pleine crise du coronavirus et au milieu de la période de confinement mais nous pouvons déjà nous apercevoir que cette crise pourrait provoquer des changements non négligeables au niveau du marché immobilier français.