Bénéficiez de l’expertise de Plurifinances et comparez les offres des banques en un seul rendez-vous

Présent dans toute la France
Trouvez votre agence

03 90 22 94 00
contact@plurifinances.fr

Demandez à être rappelé
Je laisse mon numéro

Après un millésime 2017 exceptionnel, le marché français du crédit immobilier continue de progresser plus vite que la moyenne de l’Union européenne. Il pèse à lui seul 15% de l’ensemble des prêts immobiliers.
Surtout, ses établissements financiers proposent les taux de crédit les plus attractifs du Vieux continent. Des taux qui, contre toute attente, continuent de baisser : 1,46% en moyenne en mai, contre près de 2% en Allemagne et plus de 2% en Grande-Bretagne.Les Français font partis des Européens les plus raisonnables : leur endettement moyen n’est que de 51.700 euros par ménage. C’est un niveau relativement faible. Surtout comparé à nos voisins du Sud, et plus encore aux pays scandinaves.

Il y a donc peu de risque d’une crise de la dette pour les familles françaises : les extravagances américaines nous sont manifestement étrangères.

L’état de grâce devrait perdurer

Tous les ingrédients de base sont réunis pour que ce petit état de grâce perdure encore cette année chez nous : nos volumes d’emprunts sont globalement peu importants, le niveau d’endettement des ménages très raisonnable et nos taux sont ultra-compétitifs.
Par ailleurs, ce n’était pas prévu mais cela devrait compter : la crise italienne rapatrie de grosses masses financières vers les pays dits “sûrs”, comme la France et l’Allemagne. Nos banques, qui se livrent à une farouche compétition pour conserver ou attirer de nouveaux clients, auront donc tous les fonds nécessaires pour alimenter le marché.
Cela risque-t-il de mettre la pression sur les prix de l’immobilier ? Les emballements de 2017 semblent désormais contenus. Les spécialistes considèrent que les prix vont s’assagir, tout simplement parce que le volume de la demande ne va pas exploser.
En revanche, il est intéressant de noter que les banques continuent d’allonger les durées de leurs prêts (19 ans en moyenne). C’est particulièrement favorable aux ménages modestes.