Immobilier : le marché en sortie de confinement

AccueilActualitésNon classéImmobilier : le marché en sortie de confinement

Comment l’activité du marché immobilier va-t-elle reprendre après la sortie du confinement ? Entre les opérations commencées mais non débouclées avant la crise et les nouvelles qui s’annoncent, c’est sans doute plus un scénario en U qui s’annonce qu’un scénario en V. En clair, les spécialistes  s’attendent à une reprise plus graduelle que rapide. Deux scénarios sont envisagés : un scénario optimiste, avec une baisse de 20% des volumes de ventes soit 700 à 800 000 transactions pour 2020, ou un scénario plus pessimiste avec une baisse de 40% des volumes et un retour à la normale pas avant fin 2021.

L’achat d’un bien immobilier est clairement un projet de confiance, donc si une solution sanitaire est rapidement trouvée, l’activité pourrait redevenir normale d’ici au 2ème trimestre 2021. En revanche, en cas de confinements par intermittence, le marché ne retrouvera pas sa liquidité.

Ils resteraient encore 160 000 transactions, entamées avant le confinement, à dénouer. Les mois d’été devraient permettre d’assainir cette situation. Par ailleurs, selon de récents sondages, la majorité des ménages qui avaient un projet annoncent qu’ils vont le maintenir. Côté offres, de nouvelles opportunités devraient apparaitre sur le marché : l’arrivée de vendeurs qui ont des problèmes financiers suite à la crise et qui vont devoir trouver de l’argent pour se refaire une santé financière. Et s’ajouteront malheureusement à cela, les biens issus de successions ou de séparations.

Par ailleurs, la plupart des scénarios post-coronavirus envisagent une baisse des prix de l’immobilier. En effet, plusieurs facteurs plaident en ce sens avec une demande qui recule du fait des conséquences de la crise sur l’emploi ainsi que des conditions d’octroi de prêts qui se resserrent. Cependant, cet ajustement des prix ne sera pas le même partout. Si les prix baisseront sensiblement dans les zones tendues, les villes moyennes situées à moins d’une heure d’une grand métropole ou les zones rurales bien desservies devraient reprendre des couleurs. L’approche des Français pour l’immobilier va changer : s’offrir un petit pavillon avec un bout de jardin, en zone péri-rurale, va revenir en grâce.

Mais pour un redémarrage intensif du marché immobilier il va falloir faire preuve de patience et il y aura des ajustements. La perception du prix entre les vendeurs d’un côté et les acheteurs de l’autre est en train de s’écarter. Et les premiers refusent, pour l’instant, toute révision du prix.